Le contenu

Rouge

Château HAUT BAILLY Bordeaux Rouge

Propriété depuis 1988 de la famille américaine Wilmers, Haut-Bailly propose un vin (rouge uniquement) d’une droiture et d’une classe uniques. Véronique Sanders gère soigneusement au quotidien ce cru classé, avec le très compétent directeur technique, Gabriel Vialard. Ils y produisent un vin rouge harmonieux et suprêmement équilibré, respectant les usages bordelais, sans jamais trop en faire. Le terroir de graves sur crasse de fer permet aux différents millésimes d’acquérir un bouquet de griotte fort séduisant, et une chair veloutée sans équivalent dans ce secteur de Léognan. Il est bien difficile de prendre en défaut un seul millésime : tous, avec un style inimitable, long et fin, parviennent à l’excellence. Avis aux amateurs trop impatients : comme tout grand vin qui se respecte, Haut-Bailly peut paraître austère dans sa jeunesse avec une trame de tanins rugueuse. Il ne se révèle véritablement qu’après quelques années de garde.

Production : 160 000 bt/an
Superficie : 30 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations :

Rouge_

Pessac Leognan

Château MONTROSE Bordeaux Rouge

Lorsqu’en 1778, Étienne Dumoulin acquiert Château Calon auprès de Nicolas-Alexandre de Ségur, grande figure du vin médocain, nulle trace de Château Montrose ne peut être trouvée. Et pour cause, il n’existe pas encore. Il est pourtant là, virtuellement, sur les terres de la nouvelle propriété familiale. Ce potentiel, c’est Théodore Dumoulin, fils d’Étienne, qui le décèle le premier. Il procède à l’essartage de la Lande d’Escargeon, y plante des vignes et y construit un château, qu’il nomme Montrose en référence aux bruyères à fleurs roses qui l’ont précédé sur le domaine. Après la mort de Théodore Dumoulin, Château Montrose est repris par Mathieu Dolfus, qui réorganise et modernise l’exploitation dans le profond respect du vin et des ouvriers qui le créent. En 1896, Château Montrose passe aux mains de la famille Charmoulüe, qui restera à sa tête pendant trois générations, soutenant le cru de Bordeaux et son vin au travers de deux guerres mondiales. Depuis 2006, ce sont les frères Martin et Olivier Bouygues qui sont propriétaires de ce Deuxième Grand Cru classé, en 1855, de Saint-Estèphe.

Production : 400 000 bt/an
Superficie : 95 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations :

Rouge_

Saint Estèphe

Château LEOVILLE POYFERRÉ Bordeaux Rouge

Dernier des trois domaines fondés sur l’ancien vignoble de Léoville – les deux autres sont Léoville-Barton et Léoville Las Cases, Château Léoville-Poyferré doit son nom au baron Jean-Marie de Poyferré de Cère, qui le crée à la suite de son mariage avec la fille du marquis de Las Cases, en 1840. Produit d’un terroir extrêmement réputé, le vin de Château Léoville-Poyferré ne tarde pas à se faire remarquer, si bien que le nouveau domaine est classé Deuxième Grand Cru en 1855. Malheureusement, la fin du XIXe siècle ne se montre guère clémente avec les producteurs de vin, qui doivent faire face aux épidémies successives d’oïdium, de phylloxéra et de mildiou. Cette période marque une baisse quantitative et qualitative de la production de Château Léoville-Poyferré. En 1920, les Cuvelier, forts de plus d’un siècle d’expérience dans le commerce des vins, prennent possession de Château Léoville-Poyferré par l’intermédiaire de la société civile des domaines de Saint-Julien.

Production : 200 000 bt/an
Superficie : 60 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Château LEOVILLE BARTON Bordeaux Rouge

Voilà maintenant près de 200 ans que la famille Barton, venue d’Irlande, s’est implantée à Saint-Julien, sur une partie de l’ancien vignoble de Léoville, pour y élaborer le vin de Château Léoville-Barton. Bien que le premier membre émigré de la famille, Thomas Barton, fût arrivé en France au début du XVIIIe siècle et fît fortune dans le négoce, la percée des Barton dans la production du vin bordelais restait encore à venir. Ce n’est que deux générations plus tard, par l’intermédiaire de Hugh, que la dynastie vitivinicole Barton prend naissance. En 1826, il rachète une portion du vaste domaine de Léoville pour y fonder le Château Léoville-Barton, planté majoritairement, comme bien souvent dans la région, en cabernet-sauvignon. Affaire pérenne, Château Léoville Barton – Deuxième Grand Cru lors du classement officiel des vins de Bordeaux en 1855 – demeure aujourd’hui encore aux mains de la famille qui l’a fait grandir et qui continue à le maintenir sur les sommets de la hiérarchie bordelaise.

Production : 240 000 bt/an
Superficie : 50 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Château LA MISSION HAUT-BRION Bordeaux Rouge

Le Château La Mission Haut-Brion ne partage pas seulement avec son illustre voisin une partie de son nom, mais déploie la même exigence toujours renouvelée qui lui a permis, au fil des siècles, de produire certains des vins les plus fins de Bordeaux. Fondé au XVIe siècle par la puissante famille de Lestonnac à partir de la parcelle des Arregedhuys, le vignoble est par la suite agrandi et transformé par les prêtres lazaristes, nom donné aux membres de la Congrégation de la Mission, qui occupent les lieux dès 1682. La production viticole du Château La Mission Haut-Brion est déjà fort réputée, les efforts des lazaristes leur valant notamment l’admiration d’un Maréchal-Duc de Richelieu s’exclamant : « Si Dieu défendait de boire, aurait-il fait ce vin si bon ? ». Traversant les turbulences révolutionnaires avec difficulté, le Château La Mission Haut-Brion parcourt le XIXe siècle aux mains des Chiapella, famille néo-orléanaise qui fera connaître le vin du cru outre-Atlantique. En 1983, après avoir appartenu à la famille Woltner pendant plus d’un demi-siècle, le Château La Mission Haut-Brion est acquis par Domaine Clarence Dillon, déjà propriétaire de son presqu’homonyme et joyau de Pessac-Léognan, le Château Haut-Brion.

Production : 70 000 bt/an
Superficie : 29,18 ha (Rouge : 25,44, Blanc : 3,74 ha)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations : 

Rouge_

Pessac-Leognan

Chateau PICHON BARON Bordeaux Rouge

Producteur d’un vin aujourd’hui parmi les plus réputés de Pauillac, Château Pichon-Longueville Baron fut pendant très longtemps propriété de la famille Pichon de Longueville. Le domaine est fondé en 1694 par le baron Jacques Pichon de Longueville, qui acquiert par son mariage avec Thérèse de Rauzan des vignes que le père de celle-ci, Pierre de Rauzan, figure incontournable de la viticulture à Bordeaux, avait achetées cinq ans auparavant. Le milieu du XIXe siècle correspond à un tournant dans l’histoire du domaine. Il est partagé en 1850 entre le baron Raoul Pichon de Longueville et ses trois sœurs, partage qui aboutira à la création de deux propriétés : le Château Pichon-Longueville Baron d’un côté, et le Château Pichon-Longueville Comtesse de Lalande de l’autre. L’année suivante, afin de marquer cette distinction, le baron Raoul fait construire l’imposant château qui s’élève encore aujourd’hui au cœur du domaine. Pour clore cette période mouvementée, la propriété se voit couronner deuxième Cru classé en 1855 pour la qualité constante de son vin. Château Pichon-Longueville Baron sort de la famille Pichon de Longueville en 1933.

Production : 350 000 bt/an
Superficie : 73 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations : 

Rouge_

Pauillac

Château PEDESCLAUX Bordeaux Rouge

Ce domaine viticole de Pauillac est relativement récent si on le compare à certains crus historiques intégrés dans le classement de 1855. Fondé en 1810 par Pierre-Urbain Pédesclaux, courtier en vins bordelais, le Château Pédesclaux gravit très vite les échelons de la viticulture médocaine. Moins d’un demi-siècle après sa création, alors que plusieurs parcelles de Grand-Puy Lacoste ont été incorporées à son vignoble, le Château Pédesclaux est classé Cinquième Grand Cru du Médoc. En 1891, malgré la reconnaissance dont jouit son vin, la famille Pédesclaux se sépare de la propriété, qui est rachetée par Gabriel de Gastebois. Les héritiers de ce dernier restent maîtres du Château Pédesclaux jusqu’en 1951 et son acquisition par Lucien Jugla, auquel ils avaient déjà confié la gestion du domaine en 1930. Sous la direction des Jugla, le vin du cru s’essouffle peu à peu et des mésententes familiales aboutiront à sa vente à la fin des années 2000.

Production : 300 000 bt/an
Superficie : 49 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations : 

Rouge_

Pauillac

 

Château LYNCH BAGES Bordeaux Rouge

L’histoire du Château Lynch-Bages est étroitement liée à celle de la famille Lynch, d’origine irlandaise, qui s’installe en Gironde à la fin du XVIIe siècle. Thomas-Michel Lynch prend possession du domaine en 1749 par l’intermédiaire de son épouse, Elisabeth Drouillard, fille du jurat de Bordeaux et négociant en vin Pierre Drouillard. En 1779, Thomas-Michel Lynch lègue le Château Lynch-Bages à son fils Jean-Baptiste qui, trop occupé par sa carrière politique, laisse à son frère Michel le privilège d’administrer la propriété et de superviser la production de son vin. La famille Lynch se sépare du cru en 1824. Ce dernier est alors repris par la famille Jurine puis, en 1865, par les négociants Maurice et Henri Cayrou, dont les descendants le conservent jusqu’en 1939. Cette année-là, ce Cinquième Grand Cru Classé de Pauillac est racheté par Jean-Charles Cazes, qui y travaillait comme fermier pour le compte du propriétaire, le général Félix de Vial. Sous la direction de la famille Cazes, le vignoble du Château Lynch-Bages s’étend considérablement, une partie de celui-ci étant même réservée à la production d’un vin blanc, créé en 1990.

Production : 420 000 bt/an
Superficie : 107 ha (Rouge : 100, Blanc : 7 ha)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations :

Rouge_

Pauillac

Château GRAND PUY DUCASSE Bordeaux Rouge

Au Moyen Âge, les vignes du futur Château Grand-Puy Ducasse font partie du vaste domaine de Grand-Puy, lequel s’étend sur Pauillac et donnera également naissance aux crus de Lynch-Bages et de Grand-Puy Lacoste. En 1750, une partie de Grand-Puy est acquise par Pierre Ducasse, avocat, auprès de son propriétaire, la famille Dejean. Soucieux de parfaire la réputation de son vin, Pierre Ducasse multiplie les achats de parcelles et lègue en 1797 à son fils Pierre un vignoble d’une quarantaine d’hectares sous le nom de Ducasse-Grand-Puy-Artigues-Arnaud. Le domaine, doté d’un château en 1820, est classé en tant que Cinquième Grand Cru en 1855 sous la dénomination Artigues-Arnaud. Le Château Grand-Puy Ducasse appartient à cette époque à la famille Duroy de Suduiraut, dont le nom reste avant tout attaché à un grand vin blanc de Sauternes (Château Suduiraut). Après la création en 1932 de la Société Civile Grand-Puy Ducasse, la famille Duroy de Suduiraut se défait de sa propriété pauillacaise. En 1971, la maison de négoce de vin Mestrezat fait l’acquisition du Château Grand-Puy Ducasse, qu’elle conservera pendant plus de quarante ans.

Production : 130 000 bt/an
Superficie : 40 ha

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations : 

Rouge_

Pauillac

Château PRIEURÉ LICHINE Bordeaux Rouge

Fondé à l’époque romane par les moines bénédictins, le prieuré produit un vin fameux dès le XVe siècle, comme en attestent les exportations de tonneaux vers l’Angleterre. Mais ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle et de la « fureur de planter » que le domaine est entièrement converti à la viticulture. Bénéficiant déjà d’une grande notoriété à Margaux, le cru est repris par le négociant bordelais Durand Dulains sous le Premier Empire. Celui-ci le conserve jusqu’en 1838, accroissant encore la qualité du vin et faisant exploser son prix de vente : les progrès constants de l’exploitation vaudront au futur Château Prieuré-Lichine d’être classé quatrième cru du Médoc en 1855. Après une période de régression marquée par les maladies de la vigne et les catastrophes militaires et économiques de la première moitié du XXe siècle, le domaine est acquis en 1951 par Alexis Lichine, « Pape du vin », qui lui donne son nom deux ans plus tard. Sous la houlette du célèbre dégustateur, le Château Prieuré-Lichine remonte la pente, s’agrandit et se dote d’installations plus modernes. À la mort d’Alexis Lichine en 1989, son fils Alexander reprend le Château Prieuré-Lichine, qu’il revend dix ans plus tard.

Production : 300 000 bt/an
Superficie : 80,2 ha (Rouge : 78, Blanc : 2,2 ha)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations : 

Rouge_

Margaux

 

Château BOYD CANTENAC Bordeaux Rouge

Le domaine viticole du Château Boyd-Cantenac est créé en 1754 par Jacques Boyd, écuyer issu d’une famille de Belfast, dont une partie a émigré en France au cours du XVIIe siècle. Malgré son vin déjà fort apprécié (classé troisième cru de Cantenac par le courtier Labadie en 1776), la famille Boyd fait faillite peu avant la Révolution française. En 1806, John Lewis Brown, négociant et armateur bordelais originaire d’Écosse et époux de la petite-fille de Jacques Boyd, se porte acquéreur de la propriété. Confronté à des difficultés financières, il la revend en 1843 au banquier Gromard et à Monsieur Verrière : cette vente constitue les prémices du partage du vignoble entre les futurs Château Cantenac-Brown et Château Boyd-Cantenac. En 1855, Château Boyd-Cantenac (alors Château Boyd) est classé troisième cru lors du grand classement des vins du Médoc, cependant les épidémies qui s’abattent sur le vignoble de Bordeaux portent un coup fatal à la production de vin du domaine, ce dernier cessant tout à fait d’exister à la fin du XIXe siècle. Reconstitué par les familles Laurent et Ginestet au début du XXe siècle, Château Boyd-Cantenac est depuis 1932 propriété des Guillemet.

Production : 70 000 bt/an
Superficie : 17 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations :

Rouge_

Margaux

Château SOCIANDO MALLET Bordeaux Rouge

Le public a depuis longtemps consacré ce cru pourtant absent de tout classement officiel. Il suffit en effet de déguster tous les vins produits depuis vingt-cinq ans pour se rendre compte à quel point le terroir de Sociando-Mallet, constitué de graves de même nature que celle de Montrose ou Latour, figure parmi les meilleurs. Homme raisonnable et visionnaire, Jean Gautreau y a posé ses valises en 1969, et a hissé progressivement son cru au sommet de la qualité, à tel point que l’on compare volontiers aujourd’hui Sociando-Mallet aux meilleurs seconds crus classés du Médoc. Il suffit de déguster les 1982, 1990 et 1996 pour s’en convaincre. Le grand vin, aux arômes magnifiques de petits fruits rouges est bâti pour vieillir sur une, voire deux générations pour les derniers millésimes. Depuis quelques années, suite à un vaste programme de replantation, le cru s’appuie sur davantage de merlots, ce qui lui confère un style plus rond et flatteur, mais moins de profondeur et de distinction.

Production : 450 000 bt/an
Superficie : 82 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations : 

Rouge_

Haut-Médoc

 

Château CLEMENT PICHON Bordeaux Rouge

 

Pendant près de 300 ans, de 1601 à 1880, le château Clément-Pichon est la propriété de la famille Pichon. L’histoire relate le passage du roi Louis XIV à deux reprises sur les terres du château Clément-Pichon pour y effectuer des parties de chasse. En 1881, la famille Durand-Dassier est propriétaire du château et des terres. La propriété est reconstruite après un incendie. Le château Clément-Pichon est acheté par Clement Fayat en 1976. Il y replante intégralement un vignoble de 25 hectares. En souvenir de la famille Pichon qui a marqué l’histoire du domaine, et en hommage à son épouse dont le nom de jeune fille est identique à son propre prénom, le château est rebaptisé Château Clément-Pichon en 1985.

Production : 190 000 bt/an
Superficie : 43 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations :

Rouge_

Haut-Medoc

 

Chateau TROPLONG MONDOT Bordeaux Rouge

 

Cet important château, qui trône sur la situation la plus dominante de Saint-Émilion, a été acquis par le réassureur Scor pendant l’été 2017. Il est désormais dirigée par Aymeric de Gironde, auparavant directeur général du second cru classé médocain Cos d’Estournel. Après la disparition en 2014 de son ancienne propriétaire, Christine Valette-Pariente, Troplong-Mondot semblait s’interroger sur son avenir. La “reine Christine” incarnait la renaissance de ce cru conforté en 2012 dans son rang de premier grand cru B. Une récompense méritée, au regard du terroir tout d’abord, mais aussi du travail réalisé par Christine et Xavier Pariente depuis plus de vingt ans. Tous les millésimes produits depuis la fin des années 1980 (1989 et 1990 en tête) ont poussé aux maximum les curseurs afin de démontrer l’excellence de cette propriété située sur la butte de Mondot.

Production : 190 000 bt/an
Superficie : 43 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations :

Rouge_

Saint Emilion Grand Cru

Château MOULIN SAINT GEORGES Bordeaux Rouge

Les amateurs de bonnes affaires seraient bien inspirés de s’intéresser de près aux vins de cette propriété, dont le terroir fait face à celui d’Ausone. Pauline Vauthier, qui vinifie les deux crus, réalise à Moulin Saint-Georges un magnifique saint-émilion intense, racé, mais jamais lourd. La régularité qualitative est impressionnante depuis plus de deux décennies et les prix demeurent raisonnables.

Production : 30 000 bt/an
Superficie : 7 ha (Rouge)

(Source* : https://www.larvf.com)

Appellations : 

Rouge_
Saint Emilion Grand Cru

DOMAINE CHARLES TROSSET Savoie Blanc Rouge

 

Ce domaine est installé sur les beaux coteaux du village d’Arbin, terroir de prédilection de la mondeuse. Joseph Trosset ayant pris sa retraite, Louis Trosset est désormais seul aux commandes, sur 2,3 hectares seulement, puisque la superficie a été réduite. Ici, les sélections et vinifications sont effectuées par parcelle et les élevages, en cuve, durent de huit à douze mois. Les mondeuses, à leur meilleur, se distinguent par leur classe et leur pureté aromatique, ainsi que par leur capacité à retranscrire la spécificité de chaque millésime. Ces vins très réguliers possèdent une grande capacité de vieillissement. Les très faibles volumes produits, moins de 20 000 bouteilles par an, font de ce domaine de référence une adresse trop confidentielle.
Nombre de bouteilles par an :
Surface plantée : (Rouge : 2.00, Blanc : 0.30)
Cépages rouges : (100%)
Cépages blancs : (100%)
Source : La Revue des Vins de France
Appellations :
Blanc_
Vin de Savoie Chignin Bergeron
Rouge_
Vin de Savoie Mondeuse
DOMAINE CHEMIN DE TOASC Provence Blanc Rosé Rouge

Idéalement situé sur les hauteurs de Nice, sur le versant Est de la Plaine du Var, à 10 minutes des rivages de la Baie des Anges, le Domaine de Toasc est une propriété familiale de 15 hectares qui s’étend sur 8 hectares de vignes et 2 hectares d’oliviers. Depuis l’an 2000, Bernard Nicoletti, le vigneron, sort les premières cuvées de son nouveau vignoble : le Domaine de Toasc.

Son grand-père, Joseph, venu de Citta di castello en Ombrie à la fin du XIXème siècle, installe à Nice, Avenue de Pessicart, une entreprise de transport et de terrassement et vend du sable et des graviers. Charretier, il assure le transport des raisins dans le Var durant les vendanges et accepte de se faire payer en raisins et s’initie dans la foulée à la vinification.

Source : http://www.domainedetoasc.com/fr

Appellations : 

Blanc_
Bellet

Rouge_
Bellet
IGP Alpes Maritimes

Rosé_
Bellet

IGP Alpes Maritimes

DOMAINE ALZIPRATU Corse Rouge

Ce vignoble est né dans les années 1970 de l’association entre Maurice Acquaviva et le baron de La Grange, propriétaire du couvent d’Alzipratu. En 1996, la famille Acquaviva devient l’unique propriétaire du domaine, géré depuis 1992 par Pierre, secondé par Vincent Grepin, son talentueux maître de chai. Avec 40 hectares, Alzipratu s’impose comme un domaine de premier ordre en Balagne, un secteur compliqué où ce domaine se distingue par l’équilibre de ses vins. De nouvelles cuvées parcellaires, très réussies, augurent du meilleur pour ce domaine en pleine forme.

Nombre de bouteilles par an : 200000
Surface plantée : 43 hectares (Rouge : 33, Blanc : 10)
Cépages rouges : Nielluccio (19%), Sciacarello (52%), Syrah (8%), Aleatico (3%), Grenache noir (14%), Minustellu (4%)

Cépages blancs : Vermentino (96%), Biancu gentile (4%)

Source : Revue des Vins de France

Appellations : 

Rouge_
Corse Calvi

CHÂTEAU LES CROSTES Provence Blanc Rosé Rouge

Ce domaine de côtes de Provence a été entièrement reconstitué dans les années 80 et bénéficie d’installations techniques très modernes. S’appuyant essentiellement sur la Syrah, le Grenache et le Cabernet pour ses rouges, sur le Sémillon et le Rolle pour les blancs, il produit des viens bien structurés qui ont gagné en élégance et en finesse d’élevage dans les dernières années.

Production moyenne 400000 bts/an
Superficie : Rouge 50 ha (16.9% Cabernet-sauvignon, 8.5% Carignan, 22.5% Cinsault, 31% Grenache, 21.1% Syrah) / Blanc 13 ha (44.8% Rolle, 34.5% Sémillon, 20.7% Ugni ou Ugni blanc (trebbiano)

Source : Revue des Vins de France

Appellations

Blanc_
Côtes de Provence

Rosé_
Côtes de Provence

Rouge_
Côtes de Provence

DOMAINE DE TRÉVALLON Provence Rouge

Bâtisseur du domaine de Trévallon à Saint-Étienne du Grès, à côté de Saint-Rémy-de-Provence, dès 1973, Éloi Dürrbach est devenu une figure emblématique de la Provence. Sur son terroir argilo-calcaire, exposé au nord, il a cru au cabernet-sauvignon et à la syrah pour produire de grands rouges. Il travaille son vignoble de 17 hectares en agriculture biologique. Vigneron attentif et méticuleux, il produit des vins en IGP Alpilles d’une belle définition de terroir et d’une parfaite maturité de raisin, conjuguées à la justesse de la vinification en grappe entière et de l’élevage (jusqu’à deux ans en foudre). Ces méthodes permettent d’élaborer des vins à la fois denses, tendus et raffinés. À travers leur complexité aromatique (notes d’épices, de garrigue et de truffe noire), les rouges de Trévallon expriment une grande typicité méditerranéenne, tout en conservant une fraîcheur septentrionale. Ostiane et Antoine, les enfants d’Éloi Dürrbach, incarnent depuis quelques années la relève de ce domaine exemplaire.

Nombre de bouteilles par an : 58000
Surface plantée : 17.00 hectares (Rouge : 15.00, Blanc : 2.00)
Cépages rouges : Cabernet-Sauvignon (50%), Syrah (50%)
Cépages blancs : Marsanne (39%), Roussanne (33%), Chardonnay (8%), Clairette (9%), Grenache blanc (11%)

Source : Revue des Vins de France

Appellations : 

Rouge_
IGP des Alpilles

Gamme Signature
Lyonel Leconte
Sélection par appellation ou par domaine
Sélection par type de vin Vin Rouges Vins Blancs Vins Rosés Vins Effervescents Spiritueux